Covid-19 : Prise en charge de la sérologie

26 mai 2020

Les conditions de remboursement de la sérologie Covid-19 ont été précisées par la CNAM :

Acte remboursable à compter du 28/05/2020

Code acte :4719
Désignation : RECHERCHE D’IGG ET D’IGM OU D’IG TOTAUX

Les tests sérologiques peuvent être réalisés à partir de J+7 pour les patients symptomatiques graves hospitalisés après l’apparition des premiers symptômes et J+14 pour les patients symptomatiques sans signe de gravité après l’apparition des premiers symptômes.
Chaque prélèvement doit obligatoirement être accompagné d’une fiche de renseignement clinique comportant notamment la date de début des signes cliniques et la réalisation antérieure d’un test RT-PCR dans le cas de la réalisation de l’acte 4719.
Ces actes peuvent être présentés au remboursement lorsque le traitement des données administratives du test COVID 19 a été réalisé et présenté au remboursement (acte 9006). Cette recherche fera l’objet d’un remboursement pour l’identification des personnes étant ou ayant été contact avec le virus (en complément notamment de la RT-PCR qui reste le test de première intention pour le diagnostic de la phase aigue du COVID-19) dans le cas d’une :

Recherche d’IgG et d’IgM ou d’Ig totaux par tests automatisables de type ELISA Cette recherche peut être réalisée dans les indications suivantes :

  • - Diagnostic initial de patients symptomatiques graves hospitalisés, si tableau clinique ou scano-graphique évocateur et RT-PCR négative.
  • - Diagnostic de rattrapage de patients symptomatiques graves hospitalisés mais n’ayant pas été en mesure de réaliser un test RT-PCR dans l’intervalle des sept jours suivant l’apparition des symptômes.
  • - Diagnostic initial de patients symptomatiques sans signe de gravité suivis en ville si tableau clinique évocateur et test RT-PCR négatif.
  • - Diagnostic de rattrapage chez des patients symptomatiques avec suspicion clinique sans signe de gravité mais n’ayant pas été en mesure de réaliser un test RT-PCR dans l’intervalle des sept jours suivant l’apparition des symptômes.
  • - Diagnostic chez les professionnels soignants non symptomatiques, en complément du dépistage et de la détection de personne-contact par RT-PCR selon les recommandations en vigueur, si la RT-PCR est négative, ou dans le cadre d’un dépistage systématique.
  • - Diagnostic chez les personnels d’hébergement collectif (établissements sociaux et médico sociaux, prisons, casernes, résidences universitaires, internats) non symptomatiques en complément du dépistage et de la détection de personne-contact par RT-PCR selon les recommandations en vigueur, si la RT-PCR est négative, ou dans le cadre d’un dépistage systématique.

Code acte  : 4720
Désignation : RECHERCHE D’IGG

Les tests sérologiques peuvent être réalisés à partir de J+7 pour les patients symptomatiques graves hospitalisés après l’apparition des premiers symptômes et J+14 pour les patients symptomatiques sans signe de gravité après l’apparition des premiers symptômes. Chaque prélèvement doit obligatoirement être accompagné d’une fiche de renseignement clinique comportant notamment la date de début des signes cliniques et la réalisation antérieure d’un test RT-PCR dans le cas de la réalisation de l’acte 4719. Cette recherche fera l’objet d’un remboursement pour l’identification des personnes étant ou ayant été contact avec le virus (en complément notamment de la RT-PCR qui reste le test de première intention pour le diagnostic de la phase aiguë du COVID-19) dans le cas d’une :
Recherche d’IgG par tests automatisables de type ELISA Cette recherche peut être réalisée dans l’indication suivante :

  • - Diagnostic étiologique à distance chez des patients symptomatiques sans signe de gravité diagnostiqué cliniquement mais n’ayant pas fait l’objet d’une RT-PCR.

Mis à jour le 28/05/2020 par Hervé DUPONT

Covid-19 : Place de la sérologie

14 mai 2020

La Haute Autorité de Santé (HAS) a publié en avril dernier ses recommandations pour l’utilisation de la sérologie dans le cadre de l’épidémie de Covid-19. Elles sont regroupées dans le tableau ci-dessous :

Il est important de rappeler avant toute chose que la présence d’anticorps n’indique pas la fin de la contagiosité, c’est clairement indiqué sur le graphique ci-dessous.

Depuis quelques semaines, nos connaissances concernant la cinétique des anticorps dans la maladie Covid-19 ont progressé, mais certains points sont encore imprécis.

On voit sur le graphique que les apparitions des IgG et des IgM sont quasi concomitantes, ce qui est assez inhabituel en sérologie ou on constate souvent un écart de plusieurs jours.

Toutes les études publiées à ce jour font état d’une apparition des IgM entre 0 et 3 jours avant les IgG. La majorité des patients ont des anticorps détectables vers J11-J12 et ce taux est voisin de 100% à J21. A noter que la majorité de ces études ont été réalisées sur des patients hospitalisés, nous ne disposons actuellement que de peu de données sur les patients peu ou pas symptomatiques.

La persistance des IgM n’est pas encore déterminée avec précision par manque de recul, on peut s’attendre à une disparition plus habituelle en 6 semaines en moyenne.

Celle des IgG est totalement inconnue, elle sera vraisemblablement variable d’une personne à l’autre, et fonction du taux de départ. Chez les patients atteints par le SARS CoV-1 des taux d’anticorps stables ont été observés pendant 4 à 5 mois avant de décliner lentement sur une période de 2 à 3 ans.

La corrélation entre le taux d’anticorps et l’immunité n’est pas établie, même si à ce jour aucun patient n’a été infecté 2 fois par le Covid-19.

La recherche des anticorps dits neutralisants est actuellement et restera une technique lourde et complexe, les techniques de dosage classique semblent donner un reflet fidèle du taux des anticorps neutralisants mais cela reste en cours d’investigation.

La corrélation entre la gravité de la maladie et le taux d’anticorps produits n’est pas non plus établie à ce jour.

Dans le contexte actuel, nous vous proposons un titrage des IgG qui semble suffisant pour établir la preuve d’un contact avec le virus, et permettra également un suivi des taux sur le long terme pour évaluer la cinétique des anticorps.
La recherche des IgM n’apporte aucun bénéfice notable pour le moment.

Par contre un profil sérologique complet avec IgG et IgM sera probablement nécessaire dans quelques mois quand nous aurons à distinguer des patients nouvellement atteints de ceux qui seront déjà des "anciens" positifs.

Examen pris en charge par les caisses d’assurance maladie dans certaines situations (voir autre article) à compter du 28/05/20

Mis à jour le 28/05/2020 par Hervé DUPONT
Ref : HAS, JAMA

Covid-19 : Évolutions de la maladie

21 avril 2020

Un tableau synthétique regroupe les différentes évolutions possibles de la maladie avec les périodes de contagion et d’apparition de l’immunité.

Score Fib-4 : Dépistage de la fibrose hépatique

16 octobre 2019

Le diagnostic de la fibrose hépatique a fait l’objet de nombreux articles et a vu de nombreux scores apparaître ces dernières années : APRI, Fibrotest, Fibromètre, Fibroscan, ELF, ....
Ces algorithmes font parfois appel à des dosages complexes et sont calculés à l’aide de programmes brevetés et coûteux.

Le score Fib-4 est un outil de dépistage de la fibrose hépatique qui fait appel à des examens simples : Plaquettes et Transaminases combinés à l’age du patient dans un calcul simple.

L’objectif de ce test est donc un dépistage simple mais performant de la fibrose, il permet d’établir un score qui orientera le prescripteur vers la présence ou l’absence de fibrose, et dans les cas intermédiaires, il devra être complété par des tests plus complets et plus complexes.

Le Fib-4 n’est pas un outil de suivi des pathologies du foie, son utilisation n’est, par exemple, pas recommandée dans les suivi des patients HCV positifs.

Dépistage prospectif de la fibrose hépatique à l’aide du Fib-4

Hervé DUPONT le 16/10/2019

Maladie de Lyme : Mise au point de l'académie de Médecine

Maladie de Lyme : Mise au point de l’académie de Médecine

18 juillet 2018

Devant la prolifération d’informations fantaisistes et les risques pour les patients soumis à des traitements injustifiés et inutiles, l’académie de médecine à publié une mise au point sur la maladie de Lyme.

Procalcitonine : Intérêt en pédiatrie et chez l’adulte

12 janvier 2018

Le point sur l’interprétation des valeurs de Procalcitonine chez l’adulte et chez l’enfant.

Campagne nationale de dépistage

22 mars 2017

L’insuffisance cardiaque : une cause de santé publique dans laquelle s’investissent les laboratoires du réseau LaboFrance-BPR

  • L’insuffisance cardiaque est définie comme une anomalie structurale ou fonctionnelle du myocarde induisant l’impossibilité pour ce dernier de maintenir une circulation cardio-vasculaire suffisante pour répondre aux besoins métaboliques des différents organes : la pompe du muscle cardiaque n’est plus tout à fait suffisamment efficace.
  • L’insuffisance cardiaque est une pathologie évolutive chronique (elle peut être aigüe par exemple dans l’infarctus du myocarde ou la rupture de valve par exemple) qui peut être secondaire à de nombreuses étiologies : cardiopathies ischémiques, hypertension, cardiomyopathies, cardiopathies valvulaires, troubles du rythme, etc.
  • C’est une pathologie fréquente, qui nécessite un suivi régulier et une prise en charge coordonnée par l’ensemble des maillons de la chaîne de soin, en particulier laboratoires d’analyses, imagerie, généralistes, gérontologues et cardiologues travaillant en étroite coordination.
  • Sa prévalence est estimée à 1 à 2 % dans les pays développés (environ 1 130 000 personnes en France), et augmente fortement après 75 ans, chez des patients souvent polypathologiques. Par ailleurs, du fait du vieillissement de nos populations, cette prévalence sera en augmentation dans les années à venir.

  • Les avancées thérapeutiques récentes ont amélioré tant sa prise en charge que le traitement de ses causes.

  • La clef du traitement efficient étant le diagnostic et le suivi régulier de l’évolution de cette pathologie (critères NYHA, facteurs de risque cardiovasculaire, ECG, FeVG, dosage du BNP ou NT-ProBNP), les laboratoires d’analyses médicales du réseau LaboFrance/BPR et toutes leurs équipes s’engagent ce mois-ci avec leurs partenaires sur une grande campagne nationale d’information et d’accompagnement des patients français, afin de favoriser à la fois la connaissance de la maladie par le grand public, et l’amélioration de son suivi.

  • 2. Fédération Française de Cardiologie, 4 novembre 2016, compte twitter @sfcardio
  • 3. Galinier M, Berr M. « L’insuffisance cardiaque en France en 2013 » Concours Médical, 2013 ; 135 ; 443-7
  • 4. Gabet A, Lamarche-Vadel A, Chin F, Juillière Y, de Peretti C, Olié V. Mortalité due à l’insuffisance cardiaque en France, évolutions 2000-2010. Bull Epidémiol Hebd. 2014 ;(21-22):386-94.
  • 6. Januzzi JL et al. The N-terminal Pro-BNP investigation of dyspnea in the emergency department (PRIDE) study. Am J Cardiol. 2005 Apr15 ;95(8):948-54
  • 7. Association européenne des fabricants de produits diagnostiques (EDMA), 2009.

Mis à jour par H. DUPONT le 21/03/2017

Recherches sur Internet : Soyez vigilant

11 mai 2016

La fondation HON (Health On the Net) est une ONG qui vérifie régulièrement l’indépendance et la fiabilité des informations médicales sur Internet, elle publie ses recommandations destinées aux patients pour la sélection de sources de qualité.

Téléchargez le carnet de suivi de traitement AVK

4 décembre 2015

L’Agence Nationale de Sécurité du Médicament (ANSM) met à votre disposition un carnet de surveillance du traitement anticoagulant par les AVK.

Vous y trouverez de nombreux conseils et informations concernant votre traitement

Calprotectine : Nouveau marqueur

17 mai 2013

La Calprotectine fécale est un nouveau marqueur utile pour le diagnostic et le suivi des maladies inflammatoires chroniques de l’intestin.

Pas de prise en charge actuellement pour ce dosage, prix HN : 60 Eu

Pour en savoir plus, ouvrez le document ci-dessous :

| 1 | 2 |

URGENCE

Le laboratoire de Bezannes accueille les urgences le samedi après-midi, le dimanche, les jours fériés et durant la nuit.

Partenaires
TOP