Fer sérique : Disparition de la Nomenclature de Biologie

Fer sérique : Disparition de la Nomenclature de Biologie

12 juillet 2017

A partir du 13 juillet, le dosage isolé du Fer sérique n’est plus à la Nomenclature de Biologie Médicale (NABM).

Il est remplacé par le dosage de la Ferritine, et, en cas de valeur élevée ou pathologique (Sup à 200 chez la femme, et sup à 300 chez l’homme), le bilan martial sera complété par un dosage de la saturation de la Transferrine.

En cas de suspicion de carence martiale, en particulier chez l’enfant ou chez le sujet âgé pouvant présenter des valeurs de Ferritine faussement normales en raison d’un terrain inflammatoire, un dosage isolé du Récepteur Soluble de la Transferrine (RST) est recommandé.

Voir la fiche d’informations sur le RST

Nouveautés pour les préleveurs :

Nouveautés pour les préleveurs :

18 avril 2017

Boites de prélèvement sanguin : dans le souci de mieux répondre à vos attentes et d’améliorer le confort de vos pratiques, les boites fournies par le laboratoire Bioxa contiendront un “kit hygiène” (lingette désinfectante et pansement), et l’aiguille sera sécurisée afin de diminuer le risque d’accident.

Les aiguilles étant toujours à éliminer dans vos containers à déchets et non à remettre dans les boites après usage comme cela arrive encore parfois.
Le format d’aiguille choisi pour nos coffrets reste le même, c’est à dire : Aiguilles courtes (25mm) et fines (capuchon noir et Diam : 0,7mm).

Si vous souhaitez un format d’aiguille différent, soit plus long (38mm) ou de diamètre plus important (capuchon vert et Diam : 0,8mm), vous pouvez les demander à votre laboratoire habituel.

Autre nouveauté dans le kit de recueil pour ECBU : la feuille de renseignements à remplir sera désormais spécifique à cet examen (pour améliorer la connaissance du contexte clinique), et se trouvera au dos des instructions de recueil. Merci d’avance de le signaler à vos patients.

Information importante concernant les prescriptions de Biologie Médicale

13 avril 2017

Nous vous rappelons que les prescriptions de biologie médicale ne peuvent comporter des abréviations ou acronymes non reconnues dans le nomenclature de biologie médicale :

Les cas les plus fréquents sont :

  • Bilan hépatique
  • Bilan hépatique complet
  • Bilan pancréatique
  • Bilan de coagulation ou d’hémostase
  • Bilan martial
  • Bilan rénal

Toutes ces demandes doivent être détaillées et comporter la liste des examens souhaités, par exemple pour le bilan hépatique : GOT, GPT, PAl, GGT +/- Bilirubine +/- TQ

Par contre le bilan lipidique, ou Exploration d’une Anomalie Lipidique (EAL) correspond bien à un acte de la nomenclature de Biologie Médicale.

Mis à jour le 12/04/2017 par Hervé DUPONT

Urgences biologiques : Des changements ....

26 janvier 2017

L’arrêté du 15 Décembre 2016 vient de préciser les conditions à respecter pour qu’une ordonnance de Biologie Médicale soit traitée en urgence. Elle devra obligatoirement comporter les éléments suivants :

  • URGENT écrit en toutes lettres
  • Le contexte clinique motivant l’urgence
  • Les coordonnées du prescripteur pour la communication des résultats, notamment le soir et le samedi après-midi (numéro de tel portable ou autre)

Analyses vétérinaires : Interdiction définitive pour les laboratoires de biologie médicale

25 octobre 2016

Le président du conseil de l’ordre des vétérinaires vient de rappeler aux biologistes médicaux que la réalisation des analyses vétérinaires ainsi que celles des actes d’anatomo-pathologie vétérinaire sont de la compétence exclusive des vétérinaires.

En conséquence, les laboratoires de biologie médicale ont l’obligation de refuser la prise en charge des prélèvements d’origine animale qui leur seront transmis.

Nous sommes conscients de la gêne occasionnée aux vétérinaires et aux propriétaires d’animaux qui nous accordaient leur confiance depuis de nombreuses années.

Hervé DUPONT le 23/10/2016

Créatinine : la révolution enzymatique

6 septembre 2016

La créatinine sanguine est un des examens biologiques les plus prescrits, mais le principe de son dosage est très ancien (technique de Jaffé) et sujet à de nombreuses interférences.

La nouvelle technique de dosage enzymatique mise en place par notre laboratoire permet d’éliminer la grande majorité de ces interférences et présente également l’avantage d’être raccordée aux techniques de référence.

Elle permet aussi le calcul d’un nouvel indicateur de la filtration glomérulaire : le CKD-EPI (voir document ci-dessous)

NB : Ce changement est sans conséquence sur les conditions de prélèvement, le délai de réalisation et la facturation de l’analyse.

HAS - Evaluation de la filtration glomérulaire

L’Institut Jean Godinot accorde sa confiance à Bioxa

31 décembre 2015

Le Centre de Lutte Contre le Cancer Aisne - Champagne Ardenne a décidé de confier la réalisation des analyses de biologie médicale de ses patients à Bioxa.

Depuis le 14 décembre 2015, les analyses de biologie médicale des patients hospitalisés à l’Institut Jean Godinot sont réalisées par le laboratoire Bioxa au sein du site Porte de Paris.

L’expertise du site Bioxa - Porte de Paris dans la gestion des bilans de patients hospitalisés que ce soit à l’Institut Jean Godinot, ou dans les cliniques rémoises du groupe Courlancy, notamment pour les services d’urgences, est affirmée par ce nouveau partenariat.
Ce site est accrédité COFRAC pour une grande partie des ses actes depuis juin 2015.

Carnet AVK disponible sur bioxa.fr

5 décembre 2015

Le carnet de suivi de traitement par AVK publié par l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament (ANSM) est disponible sur notre site.

Vos patients pourront y trouver de nombreux conseils et informations pour une meilleure gestion de leur traitement.

Intolérance au Gluten : le point de vue du laboratoire

6 octobre 2015

La médiatisation importante concernant « l’allergie au gluten » dont le mécanisme n’est pas allergique, puisqu’il s’agit bien d’une intolérance au gluten nous incite à faire le point sur cette pathologie qui peut s’exprimer par des manifestations diverses dont la plus grave est la maladie coeliaque.

La biologie va permettre de distinguer les patients souffrant d’une vraie intolérance au gluten objectivée par les lésions histologiques, de ceux pour lesquels l’exclusion du gluten se manifestera simplement par un confort digestif ou psychologique.

La maladie coeliaque est une affection auto-immune déclenchée puis aggravée par l’exposition alimentaire aux protéines issues du gluten (blé, orge, avoine et seigle) qui détermine une atteinte atrophiante de l’intestin grêle entrainant une malabsorption de divers éléments comme le fer, l’acide folique et le calcium.

Elle peut être découverte à tout âge devant des manifestations digestives (douleurs, ballonnements, diarrhées, etc..) ou extra-digestives (anémie, amaigrissement, ostéoporose, etc ..), voire en l’absence de toute symptomatologie par la mise en évidence d’anticorps spécifiques.

Alors que l’on pense que la maladie était presque inexistante il y a 50 ans, sa prévalence est aujourd’hui importante : 1/1500 pour les formes symptomatiques, 1/300 pour les formes latentes, il est possible que seuls 20% des cas soient diagnostiqués. L’accroissement de la prévalence est probablement du à l’augmentation constante des quantités de gluten dans l’alimentation moderne.

Les principaux marqueurs sérologiques sont les anticorps anti-Endomysium, et les anticorps anti-Transglutaminase, les anticorps anti gliadine qui ont été découverts en premier sont les moins spécifiques, et ne sont pratiquement plus utilisés.

Diagnostic biologique :

Les marqueurs sériques précèdent la biopsie duodénale dans la démarche diagnostique, leur utilité est évidente au vu de leur excellente sensibilité et spécificité. La présence d’anticorps sera un argument en faveur de la biopsie et, en cas d’atrophie villositaire constatée à la biopsie, permettra d’en valider le diagnostic étiologique.

Sensibilité et spécificité des marqueurs biologiques :

Ce sont principalement des anticorps de type IgA, Un dosage des IgA totales devra donc accompagner ces tests pour exclure un déficit constitutif en IgA qui négativerait les recherches d’anticorps. En cas de déficit constaté, les anticorps de type IgG pourront être recherchés mais leur sensibilité est légèrement moins élevée.

> Ac Anti-Endomysium (AAE) :

La spécificité de ce marqueur est très élevée, sa sensibilité (> 90%) semble être meilleure chez l’adulte que chez l’enfant.

> Ac Anti-Transglutaminase (AATG) :

La spécificité est proche de 100%, et la sensibilité > 90% Il a été démontré en 1997 que la cible antigénique des anticorps anti-Endomysium est en fait la transglutaminase tissulaire (tTG). La corrélation entre les anticorps anti-endomysium et anti-transglutaminase est de l’ordre de 98% pour le diagnostic de la maladie coeliaque. Le test pratiqué utilise une transglutaminase recombinante humaine plus spécifique

L’association des 2 anticorps permet d’obtenir une spécificité et une sensibilité proches de 100 %.

Marqueurs génétiques :

Si besoin, le diagnostic peut être complété par la recherche de marqueurs génétiques HLA dq2 et dq8 : Plus de 90% des malades coeliaques expriment le génotype HLA DQ2, alors que 5 à 10% restant possèdent le génotype DQ8. Cette prédisposition est toutefois fréquente, concernant 30 à 40 % de la population générale, suggérant l’implication d’autres facteurs. Des facteurs non génétiques interviennent également dans l’évolution de la maladie cœliaque en particulier chez le jeune enfant.
Les infections intestinales, notamment à Adénovirus et à Rotavirus qui altèrent la barrière intestinale avec une atrophie partielle de la muqueuse, entraineraient une augmentation de la perméabilité, de l’expression d’HLA DQ et de la concentration de transglutaminase tissulaire, favorisant ainsi le développement de la maladie.
Une exposition à la gliadine in utero ou via le lait de mère, les facteurs immuno-modulateurs du lait maternel, la quantité et l’âge d’introduction du gluten jouent également un rôle important.
L’introduction du gluten avant 3 mois ou après 7 mois est associée à une augmentation de la prévalence de la maladie coeliaque sous toutes ses formes. Les conseils actuels sont d’introduire le gluten en faible quantité entre 4 et 6 mois pendant la poursuite de l’allaitement maternel.

Le suivi du régime sans gluten :

Les marqueurs sérologiques constituent un bon indice de l’évolution de la maladie, mais, alors que l’amélioration clinique est rapide après la mise en place du régime, la diminution des taux des anticorps pourra s’étaler sur plusieurs mois, les IgA diminuant classiquement plus rapidement que les IgG.

Les AAE constituent le meilleur marqueur de compliance et le meilleur indicateur de l’état de la muqueuse. Ils sont les plus longs à disparaître après l’instauration du régime, et leur fréquence peut, alors, diminuer à moins de 15 % chez les patients qui suivent un régime strict. En cas de réintroduction du gluten, ils se positivent en un mois en précédant la réapparition des lésions histologiques.

Ces marqueurs sérologiques dont les sensibilités et spécificités sont exceptionnelles contribuent de manière non invasive au diagnostic de certitude et au suivi de la maladie coeliaque.

Nomenclature :

Anticorps anti Endomysium IgG : B40

Anticorps anti Endomysium IgA : B40 chez l’enfant de moins de 15 ans sinon Hors nomenclature 42 Euros

Anticorps anti Transglutaminase IgA ou IgG : B60

(Anticorps anti Gliadine IgA ou IgG : Hors nomenclature 42 Euros)

Mis à jour le 12/07/2019 par H. DUPONT Bioxa

Ref : AFFMC Hépato Gastro Entérologie

Potassium : pré-analytique primordial

25 février 2015

Le dosage du Potassium est extrêmement simple sur le plan analytique mais soumis à de nombreux facteurs pré-analytiques qui peuvent le perturber.
Petit résumé :

-  Utilisation d’une boite de prélèvement froide (stockée la nuit en hiver dans un coffre de voiture par ex.)
-  Prélèvement difficile
-  Agitation trop énergique du tube après prélèvement, l’agitation doit être douce, 5 à 6 retournements suffisent
-  Transport du tube en position horizontale, dans ce cas l’agitation et donc l’hémolyse est beaucoup plus importante que si le tube est transporté en position verticale
-  Transport du tube à une température éloignée des conditions idéales : 15 à 25 ° C, l’utilisation de sacoches isothermes est fortement recommandée (à demander à votre laboratoire)
-  Délai de transport au laboratoire long, supérieur à 6 heures

NB : l’utilisation du garrot dans les conditions normales est sans influence sur le taux de Potassium

Hervé DUPONT le 25/02/2015

| 1 | 2 | 3 |

URGENCE

Le laboratoire de Bezannes accueille les urgences le samedi après-midi, le dimanche, les jours fériés et durant la nuit.

Partenaires
TOP